La Courtisane à Champagne…

Je suis la courtisane à champagne,

Non, le soir je ne bois pas de tisane.


Entre ici, fais gaffe, c’est pas gratuit.

Ensemble on va passer la nuit.

Ce soir je me suis parée, maquillée,

De la tête au pied je suis grimée.


À coup de décolleté, de talon aiguille,

La grande fille pas tranquille

Va te sortir le grand jeu,

Si tu aimes jouer avec le feu.


Ta gentillesse ne changera rien,

Les cadeaux c’est pour demain.

Je te ferais payer mes blessures,

Chez moi y a une putain de fissure.


Une saleté de souvenir noir,

Qui m’empêche de dormir le soir.

Je me venge à coup d’allumage,

Depuis ce mec, ne suis pas sage.


Avance, approche, je vais te mettre à terre,

Lequel seras-tu ? Le timide, le mesquin,

Le masochiste, le perdu, le coquin,

Attable-toi, ici ne suis jamais moi.


Je te donne celle que tu veux pour toi,

Faut juste que t’allonges les billets.

On fera comme si c’est pour de vrai,

Tu claqueras pour quelques bouteilles.


Puis tu iras retrouver ta vieille,

T’auras rêvé l’espace d’une seconde.

Moi j’t’effacerais de mon monde.


Je suis loin d’être tranquille,

Quand j’enfile mes talons aiguilles.

Alors, faites pas chier, roucoulez,

Faites semblant de vous aimer,

Jugez-moi ou prenez pitié.


Suis la fille des bars cachés,

Aux enseignes colorées.

Je me démerde comme je peux,

Depuis ce connard, ce péteux.

J’ai rien de la belle au bois dormant,

Si ce n’est son “faire semblant”.


Mais t’inquiète, les rêves j’y crois,

Et demain la vieille, ce sera moi.

J’espère juste qu’il n’ira pas là,

Dans ces bars cachés… là-bas.