Jean-Mary plume la lune

Dernière mise à jour : 29 janv.


Suis bien arrivé, c'est grand ici.

Mes amis, ma famille, mes filles rien n’est fini.


Ils m'ont bien donné ce travail,

Celui-ci est bien agréable.

Vous savez, le travail de "plumeur de lune".

Et oui, je suis le con qui plume

Enfin... nous sommes plusieurs plumeurs de lune.


J'éponge désormais les chagrins de loin,

Avec des plumes plein les mains.

Dire que du con je disais être le roi,

Et bien aujourd'hui je plume comme il se doit,

et sans alcool autour de moi.


J'envoie des plumes toutes douces,

Pour effacer le chagrin qui s'empare de vos frimousses.

Mes bras sont désormais assez grands pour accueillir les enfants,

Arrachés trop tôt aux parents.


Car vous le savez, la mort n'a pas d'heure,

À tout moment elle peut vous enlever le bonheur.

Alors s'il vous plaît, ne cessez jamais d'aimer,

Redistribuez l'amour que j'ai donné,

Même si parfois je fus maladroit.


Je vois bien le manque que j'occasionne parfois.

Ne pleurez pas mes chers vivants, restez en joie,

Nous sommes tout près de vous secrètement,

Nous vous rendons visite de temps en temps.


Chantez, priez, dansez, faites du vacarme

pour essuyer, balayer vos larmes,

Regardez les étoiles, la lune briller.

Nous avons le même ciel pour nous réconforter.


Bonne et heureuse année mes chers vivants,

Je vous souhaite de retrouver votre âme d'enfant,

Où tout n'est qu'instant présent,

Où l'ego ne détruit pas, puisqu'il n'est pas.


Si nous manquons, appelez-nous, nous guiderons vos pas,

Et vous marcherez dans une immense légèreté,

Et, vous verrez, tout ne sera que beauté.

Comme l'enfant qui, d'un rien, peut s'émerveiller...

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout